La rage.


La rage de vivre, la rage de vaincre, d’hurler.
Je l’ai cette rage.
La rage de rire, la rage d’aimer, de me relever.
Elle est en moi.
Cette rage du ventre, la rage du coeur et de l’âme.
Cette rage qui naît de ma souffrance, qui naît dans mes méandres.
Celle qui me donne envie d’avancer et de me la pêter.
Je n’ai pas succombé. Je n’ai pas su tomber.
Je suis prétentieuse, j’ai résisté.
Cette rage qui me permet de me regarder dans les yeux et de dire que l’enfer je l’ai traversé.
Cet enfer dont je pensais qu’il aurait ma peau.
Ma peau est tannée, abîmée, fatiguée.
Mais ça fait ma beauté.
Cette rage de renoncer à ce qui fait mal, à ce qu’il faut lâcher pour respirer.
Pour ne plus étouffer, pour ne plus m’étouffer.
La rage qui donne envie d’avancer, d’exister.
Elle est née avec moi, elle restera là.
Elle fera naître ma liberté.
Ma liberté d’exister, d’aimer.
Ma liberté de vibrer.
Mon envie de relever la tête, de regarder droit devant, de sourire.
Dans tout mon corps, je sens cette rage d’envie de vivre.
Et je me relève et j’avance et je vis.
Quelle chance d’être en vie!
Et je vibre et je m’acharne et je pleure.
Quelle chance de pleurer.
Et j’aime et je m’aime pas et je m’en fou.
Quelle chance de s’en foutre!
Et j’exalte mon endurance!
J’ai la rage de vivre, la vie est belle et je suis sportive.
14199601_10154464886026575_4749135712829026287_n
Le meilleur est à venir.

Je vœux!


dontbenormal
Je vœux,
que tu m’aimes ici et là bas.
Je vœux,
des idées, de l’action.
Je vœux,
des rêves et désillusions.
Je vœux,
loyauté et légèreté.
Je vœux,
du fantasme et réalité.
Je vœux,
de la santé et de l’amour.
Je vœux,
du bonheur et son contre jour.
Je vœux,
du malheur et ses vagues.
Je vœux,
du rêve, du dévoilé.
Je vœux,
de la musique et danser.
Je vœux,
des enfants, de la fraternité.
Je vœux,
de la folie, de la simplicité.
Je vœux,
faire l’amour et le répandre.
Je vœux,
un foyer , un repère.
Je vœux,
du sentiment et de la vipère.
Je vœux,
que ça bouge, ça bouscule.
Je vœux,
que ça calme et que ça soigne.
Je vœux,
que ça grossisse entre nous.
Je vœux,
de la tendresse et des poux.
Je vœux,
des sourires et des bras.
Je vœux,
des chagrins, des blessures.
Je vœux,
comprendre et chercher.
Je vœux,
savoir apprivoiser.
Je vœux,
savoir et ignorer.
Je vœux,
des cicatrices, du courage.
Je vœux,
du cœur, de l’émancipé.
Je vœux,
que ça soit une évidence.
Je vœux,
qu’on fasse le tour de monde.
Je vœux,
être ton monde et que tu sois le mien.
Je vœux,
être ici et là bas.
Je vœux,
être ici avec toi.

Border – line.


12968714_490910937768621_337822349_n

J’aimerais pouvoir lui dire que, sans lui, je m’en sors pas si mal.
J’aimerai lui dire que Solen ne dort pas bien la nuit, qu’elle est toute blonde, que je suis stressée pour mon avenir, pour celui de Solen, que j’ai peur d’être une mauvaise maman, que je me trouve grosse, que j’ai peur en voiture, que j’aimerai acheter une maison, que j’aime les pâtes, qu’on m’a fait chier à l’école, que j’aime mon boulot, que je me suis rasé les cheveux, que j’ai 300 paires de boucles d’oreille, qu’il va être papy pour la deuxième fois, que j’ai un bulldog qui ronfle et qui pète..
Je lui raconterais que le fils d’une amie m’a choisie comme marraine alors qu’il avait deux ans. Que j’ai un ex que j’adore et avec qui je garde tout le temps des contacts. Que maman, elle est toujours seule. Que je mets trop de sucre dans mon café.
Je lui raconterais que pour moi, Michel est mon parrain. Je lui raconterais que c’est lui qui m’a conduit à l’hotel quand je me suis mariée. Il aurait détesté mon mari.
Je lui raconterais toutes les fois où Chris et moi on s’est tapé dessus et comme on s’aime aujourd’hui.
Je lui raconterais qu’une fois, j’ai oublié d’aller chercher Solen à la crèche. Lui ne rira pas.
Je lui montrerais mes tatoos… il m’engueulerait.
Je lui dirais que j’ai eu 4 piercing, il me traiterait de folle.
Je lui montrerais la méditation, il adorerait.
Je lui ferais écouter System of a down, il détesterait.
Je lui dirais ce que je fais dans la vie, je lui dirais que j’ai une voiture rouge, que j’ai peur des araignées, que je crois aux fantômes, que j’ai peur du noir, que j’adore les films d’horreurs..
Je lui dirais que j’en ai marre des hommes.
Je lui expliquerais que je hais la télé et je journal télévisé, je lui dirais que je ne m’aime pas en robe, que Solen aime faire dodo avec moi, que je suis partie en vacance seule avec elle, que j’adore la musique.
Je lui raconterais comment le papa de ma fille a travaillé dure, corps et âme, pour essayer de me faire croire que je ne valait rien.
Je lui dirais que c’est parce que je crois en la réincarnation que je suis là. Il me traiterait de folle, mais il m’écouterait.
Il me dirait qu’il est désolé d’être parti, il me dirait que je suis belle, il me dirait qu’il m’aime, il me dirait que ma fille est un sacré caractère, il me dirait qu’elle tient de moi.
Il me montrerait comment il cuisine. Il me ferait une tonne de vaisselle.
Il essayerait de m’expliquer ce qu’est un hors jeu, puis il laisserait tomber.
Il m’engueulerait parce que je me suis mariée avec un homme pas assez bien pour moi.
Il me dirait que de toute manière, pas un ne sera assez bon pour moi.
Il me dirait qu’il aime mes cheveux mais qu’il préférait mes boucles, il me dirait en riant que ma fille blonde est la fille du facteur. Je lui répondrais que le facteur est noir de cheveux.
Il me dirait de ne surtout pas m’inquiéter pour mon avenir, que tout ira. Il m’expliquerait comment c’est là bas. Il me permettrait de prendre conscience qu’en fait, ici, ça va.
Il me dirait que la vie est courte, dure et belle. Ensuite, il rirait parce qu’il a l’esprit mal tourné comme moi…
Il me dirait de ne plus me prendre la tête pour des conneries. Il me dirait de m’écouter.
Il me dirait d’arrêter de râler, de boire moins d’alcool, de conduire plus prudemment, de faire attention au travail, de passer plus de temps avec Solen, de manger plus de viande. Il me dirait qu’il est content que Yannick, Thierry etc m’aient retrouvée.
Je lui dirais que j’ai mis du temps à écrire cet article et que régulièrement, une odeur nauséabonde s’est emparée de moi. Il me rappelerait que mon bulldog est près de moi et on se poilerait
Il me dirait que je suis un peu borderline, je lui dirais que je suis au courant.
Je lui expliquerais que c’est parce que j’ai mal vécu son décès, il pleurerait en demandant pardon.
Je lui dirais que ça n’est rien, je lui expliquerais que pour moi, je crois qu’on choisit ses parents avant de venir au monde. Il me dirait que j’ai raison.
Je lui dirais que je l’aime et qu’il me manque.
Il me répondrait “je serai toujours là”.

La plus belle des femmes.


12936593_490425891150459_3616778174989525630_n

Image

Respire moi…


Je comprend mieux pourquoi j’écoute cette chanson en boucle…

J’aime beaucoup cette chanteuse.. Ses chansons sont pourtant si tristes..

Help, I have done it again
A l’aide, je l’ai encore fait
I have been here many times before
J’en suis déjà arrivée à ce point avant
Hurt, myself again today
Je me suis encore fait du mal aujourd’hui
And the worst part is there’s no one else to blame
Et le pire c’est qu’il n’y a personne d’autre à blâmer

Be my friend, hold me
Sois mon ami, tiens-moi
Wrap me up, unfold me
Enveloppe-moi, grandis-moi
I am small, I’m needy
Je suis faible, j’ai besoin d’affection
Warm me up, and breathe me
Réchauffe-moi, et respire-moi

Ouch, I have lost myself again
Aie, je me suis encore perdue
Lost myself and I am nowhere to be found
Perdue et je suis nulle part où être trouvée
Yeah, I think that I might break
Ouais, je pense que je peux m’écrouler
I’ve lost myself again and I feel unsafe
Je me suis encore perdue et je ne me sens pas en sécurité

Be my friend, hold me
Sois mon ami, tiens-moi
Wrap me up, unfold me
Enveloppe-moi, grandis-moi
I am small, I’m needy
Je suis faible, j’ai besoin d’affection
Warm me up, and breathe me
Réchauffe-moi, et respire-moi

Be my friend, hold me
Sois mon ami, tiens-moi
Wrap me up, unfold me
Enveloppe-moi, grandis-moi
I am small, I’m needy
Je suis faible, j’ai besoin d’affection
Warm me up, and breathe… me
Réchauffe-moi, et respire… moi

….


« Des fois, je me dis que le signe le plus évident d’une intelligence extraterrestre dans l’univers est qu’ils n’ont pas essayé de nous contacter »

FB_IMG_1458250092899

J’irai au ciel.


Si tu savais ma belle… Ma petite étoile.
Comme j’aimerai être immortelle.
Etre immortelle avec toi.
Comme j’aimerai pouvoir te dire que je serai toujours là pour toi.
Comme j’aimerai pouvoir te dire que je serai toujours là dans les bons et les mauvais moments.
Dans ton passé, ton futur et surtout ton présent.
Tu es le mien, si tu savais.
Tu es l’étincelle qui me donne envie d’y croire.
Avec ces parcelles d’étoiles que tu as ramenées dans tes yeux, du fond des cieux.
Avec cette insouciance que je t’envie parfois.
N’oublies jamais à quel point je t’aime, n’oublies jamais à quel point tu es lumière.
Tu es ma lumière quand je suis dans la pénombre.
Tu es ce pourquoi j’ai envie de dire, oui, tu peux y croire.
Fonce ma fille. Mords dans ta vie.
L’homme est bon, la vie est belle.
J’essaye du fond du coeur d’être crédible ma belle, en te disant ça.
Profites, aimes, pleurs, cries, ris, râles, bats toi, aimes toi, ris de toi, ris de moi, craques, autorises toi, cours, danses, chantes.
Je ferai tout, tant que je serai là, pour toi, pour te donner la passion, la passion de la vie, la passion de ta vie.
Je ferai tout pour que tu gardes tes ailes, pour que tu te rappelles d’où tu viens.
Je serai toujours là pour te tenir la main, pour te serrer la main, pour te serrer ton coeur quand il sera douleur.
Parce que la vie c’est aussi ça.
La vie, elle est chienne parfois.
Elle pourrait t’enlever à moi, m’enlever à toi.
Et ça n’est pas moi qui décide. Ni toi.
Tu sais, quand tu demandes à maman si tu vas mourir et que maman répond « Solen, si tu meurs, maman meurt », ça n’est pas une métaphore.
Solen, si tu as mal, j’ai mal.
Solen, si tu ris, je ris.
Solen, si tu souffres, je souffre.
Où est maman?
Où est papa?
Je suis là, toujours là.
Ou en tout cas, toi tu es là, toujours là.
Mon coeur, il bat pour toi.
…………
Mais la vérité ma belle, c’est que, je ne serai pas toujours là.
Comment je peux te dire ça?
Parce que je sais de quoi je parle ma belle étoile.
Parce que je sais ce que c’est d’attendre.
Parce que je sais ce que c’est de regarder le ciel, les étoiles, le soleil, la lune, les oiseaux, les avions.
Parce que je sais ce que c’est de demander pardon, de demander pourquoi.
Parce que, si le ciel devait m’arracher à toi, j’aimerai que tu puisses regarder les étoiles et dire “maman est là”.
Parce que si le ciel devait m’arracher à toi, j’aimerai que tout ce que je t’ai donner te donne la force de mordre la vie, de mordre dans ta vie.
Parce qu’avant de monter au ciel, je voudrai à tout prix, te donner cet appétit de la vie.
IMG_20160117_175645
Je veux vieillir avec toi Solen.

Previous Older Entries